les dossiers de Parad’IE : la virtualisation

Avec le développement du « green IT », les directions informatiques sont en pleine réflexion sur la mise en œuvre de la virtualisation pour leurs systèmes d’informations (SI). Cette dernière connait une croissance assez remarquable mais conserve des problématiques de sécurité non négligeables à prendre en compte. Gartner avait annoncé qu’en 2009, 60 % des machines virtuelles seraient moins sécurisées que leurs équivalents physiques. Qu’en est-il aujourd’hui ? Quels sont les avantages de cette nouvelle technologie qui pousse de plus en plus d’entreprises à y recourir ?

Avant de commencer, Parad’IE souhaite souligner la participation de la communauté Guvirt et de ses membres dans la réalisation de cette étude. Parad’IE les remercie pour le temps et le soutien technique qu’ils ont apporté à ce dossier.

1) Qu’est ce que la virtualisation ?

La virtualisation, dans sa forme la plus répandue, consiste à faire fonctionner plusieurs systèmes d’exploitation indépendants sur une seule machine physique.

Elle repose sur un hyperviseur, programme qui gère le matériel et fragmente les ressources en plusieurs environnements autonomes, les « machines virtuelles ».

Il est possible de virtualiser des serveurs, des postes de travail, des systèmes d’exploitation, des accès réseau, des espaces de stockage, des applications…

Vous trouverez à cette adresse quelques exemples récents d’entreprises et d’évènements mettant en œuvre des environnements virtualisés, Rolland Garros notamment.

Le concept de virtualisation est né dans les années 1980. Il s’est réellement développé dans les années 2000 et devrait concerner 660 millions de machines en 2011.

VMware a lancé en 1998 le premier système de virtualisation logicielle du monde x86, ce qui a fait de lui le leader du marché et cela encore aujourd’hui. Il possède à lui seule 80% du marché de la virtualisation.

Les concurrents de cette société sont Citrix, Parallels, Ironmoutains. Une société de taille vient de se lancer sur le marché. Les conférences Techdays 2009 ont été l’occasion pour Microsoft de présenter ses environnements et outils de virtualisation (solution Hyper-V).

Face à l’accroissement du nombre d’acteurs, la vigilance des entreprises sur la pertinence des offres devra être décuplée. C’est un choix décisif car il doit répondre aux besoins de l’entreprise et être pertinent à court et à long terme. Or, à l’heure actuelle, les entreprises font encore largement le choix d’utiliser un serveur par application. Cela entraine une sous utilisation des procédés et capacités informatiques. Les statistiques révèlent que seulement 5 à 15% des ressources serveurs à disposition sont utilisées. Le taux d’utilisation pourrait monter à environ 70% avec une infrastructure virtualisée.

Publicités

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :