Le mois de parad’IE

Ils ont fait la une des médias, des blogs et de nos flux le mois dernier et méritaient une attention particulière !

Les attaques informatiques et la prévention contre les fuites de données au cœur du mois

  • Quand Zataz met en avant les manques de sécurité des données :
  • 500 000 dossiers en accès libre via le site du TESE (Titre emploi service) en a fait les frais. Après avoir été alerté par un lecteur et validé que les informations confidentielles étaient facilement accessibles, Zataz a prévenu les responsables du site emploitpe.fr, qui après bien des difficultés a été fermée.
  • Virgin Mobile a également été mis en cause. Une simple modification d’Url permettait d’accéder aux données personnelles des abonnées.
  • La mise en garde de Trend Micro sur l’augmentation des failles durant l’été. Les pirates s’adaptent aux saisons et aux occasions, et profitent de la baisse de vigilance liée à la baisse de vigilance.
  • Une étude de Deloitte indique que les entreprises ont bel et bien diminué leur budget consacré à la sécurité informatique. Au-delà des risques auxquels elles s’exposent, le cabinet de conseil craint que les entreprises ne cumulent un grand retard vis-à-vis des nouvelles technologies.
  • Une responsabilisation plus forte des entreprises et des dirigeants lors des fuites de données a été abordée dans le cadre d’une étude menée par Websense auprès d’une centaine de professionnels de la sécurité. (Etude à lire sur le site Zataz)
  • Christian Engström est un suédois de 49ans. Qui est ce ? Un député européen, qui vient de gagner les élections. Sa particularité ? Il dirige un parti politique pro-pirate, qui prône plus de liberté sur la toile. Il a été élu par un suédois sur 4, et siègera donc prochainement à Strasbourg. Vous pouvez lire la profession de foi du parti ici.

Dans le reste de l’actualité :

  • L’association Transparency International confirme la méfiance des citoyens face à la corruption des administrations et des entreprises publiques. Mais elle précise également un accroissement de la suspicion vis-à-vis des entreprises privées.
  • Alors que vient de s’ouvrir le salon du Bourget, les services de l’organisation et les entreprises présentes devront redoubler de vigilance face aux risques d’espionnage. Les Services de Renseignements intérieurs ont prodigué des conseils pratiques et sensibilisé les exposants aux dangers de certaines visites.
  • Les sanctions pour les actes de malveillance chez ERDF seront-elles appliquées ? Les auteurs de ces agissements risquent de nombreuses mesures disciplinaires et pénales puisque la justice a été saisie du dossier. (Cliquez ici pour retrouver le détail du statut des agents)
  • Les défenseurs de la cause animale ont pris à parti des cadres de Novartis, et ont dégradé leurs domiciles et véhicules. Des menaces terroristes ont également été prononcées. Si ces menaces ont été écartées, les craintes subsistent puisque les auteurs de ces délits souhaitent que Novartis stoppe son partenariat avec une entreprise spécialisée dans les tests sur les animaux. Affaire à suivre !
  • L’Allemagne est encore touchée par l’espionnage des salariés avec le cas Deutsch Bank ! La direction vient d’annoncer une « tolérance zéro » vis-à-vis des personnes responsables des vols d’informations.
  • Les entrepôts de l’entreprise Lys Restauration, liée à API restauration, spécialiste de la restauration collective ont brûlé. Ce sont 2500m² de locaux, des camions frigorifiques et des repas qui sont partis en fumée. Les conséquences immédiates sont des produits non distribués (donc une perte de chiffres d’affaires) et des salariés risquant le chômage technique.
  • Le site les affaires propose une série d’article sur les vulnérabilités humaines dans l’entreprise : Social Engineering, déplacements, déjeuners, les instants de la vie de l’entreprise où il faut être encore plus vigilant.
  • Spyworld complète cette initiative de sensibilisation en redonnant les clés pour le passage d’un ordinateur à la douane, notamment en Chine.
  • Le premier procès aux Etats Unis pour espionnage économique a commencé. C’est le premier cas depuis 1996 et l’édiction de la loi qui ne se termine pas par un accord amiable.
Publicités

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :