Parad’Expert : Le risque de corruption : approche et définition

Après le risque terroriste, le risque pays,… Voici … le risque de corruption ! Si on en parle, c’est qu’il existe des méthodes, des outils de prévention et de gestion de ce risque.

Le baromètre mondial de la corruption 2009 de Transparency international révèle que 14% de la population interrogée (73 000 individus du monde entier) considèrent les entreprises et le secteur privé comme les plus corrompus. Alors que cette menace s’est fortement accrue ces dernières années, la législation internationale en matière de lutte et de prévention contre la corruption s’est considérablement renforcée. En outre, de plus en plus de partenaires économiques et parties prenantes demandent aux entreprises des informations sur leur politique anti-corruption, avant de s’engager. Les entreprises ont tout intérêt à prendre en considération ces mesures et la menace que constitue cette activité illégale !!!

Tout d’abord, qu’est ce que la corruption ?

Plusieurs organismes en ont apporté une définition, mais la plus commune est celle de Transparency International « l’abus de pouvoir reçu en délégation à des fins privées ». C’est-à-dire, l’utilisation de sa position, de son influence, ou de sa richesse pour obtenir des faveurs dans un but privé. Ce qui, dans notre préoccupation (à savoir le bien-être des entreprises), lèserait la société.

Ensuite, qu’est-ce que le risque de corruption ?

Le fait pour une entreprise de se voir victime « il est aujourd’hui important de s’assurer que les pratiques de son entreprise sont bien en phase avec les nouvelles exigences sur l’intégrité et la transparence des affaires ». Les risques sont de plusieurs ordres :

  • Risques économiques : condamnation de l’entreprise exclue de certains marchés ; perte d’argent, de rentabilité et de crédits.
  • Risques juridiques : condamnation pour délit de corruption ou abus de bien sociaux qui engage la responsabilité pénale des dirigeants et de la personne morale.
  • Risques d’image et de réputation : entreprise placée sur une liste noire, mauvaise image.

Ils résultent des actes déguisés de corruption :

  • Paiement de facilités aux fonctionnaires pour obtenir des faveurs administratives
  • Cadeaux de fins d’année
  • Paiement de notes de frais, voyages, formation
  • Parrainage et dons à des œuvres prétendument caritatives
  • Dons ou facilités accordés à des partis politiques
  • Ristournes ou écarts de facturation consentis

Ou d’actes qualifiés de corruption :

Publicités

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :