HERMES et la contrefaçon

31 mars 2010

1er Round : Hermes-Contrefaçon (1-0)

Hermès c/ eBay le 26 janvier 2010 : La société Hermès a intenté une action en justice contre un internaute, qui a utilisé la plateforme d’eBay pour acheter et revendre des accessoires de la marque. Le tribunal fait dans un premier temps une application classique du code de la propriété en déclarant l’internaute coupable d’actes de contrefaçon et en la condamnant à des dommages et intérêts.

Mais le tribunal va plus loin :

  • Il ordonne la publication du jugement sur la page d’accueil du site pendant une durée de 6 mois.
  • Il fait également droit à « la demande tendant à la communication par le contrefacteur de l’identité du vendeur et de tous documents permettant de l’identifier, ainsi que tous documents relatifs à l’achat des articles contrefaisant les marques de la société ». Grâce à cette mesure le tribunal permet véritablement de mettre en œuvre une lutte contre les réseaux de contrefacteurs. En effet, il offre aux victimes de contrefaçon des moyens réels pour engager des actions multiples et remonter jusqu’aux sources du réseau.

__________

2ème Round : Hermes-Contrefaçon (2-0)

Hermès c/ ses salariés le 12 février 2010 : Deux salariés de la société (qui l’ont évidemment quitté depuis) ont été jugé par le tribunal de Bobigny après la découvertes de plusieurs produits contrefaits de la marque. Les compétences des deux salariés (l’un d’eux était notamment sellier maroquinier pour la société depuis 15ans) leur ont permis d’intégrer la société et d’utiliser les fournisseurs de la marque pour produire des copies « quasi originales » de sacs en crocodile, principalement à destination du Japon, pour une somme de 17 000 euros.

Excellent début, nous attendons maintenant la reprise suivante…

Publicités

La sécurité des smartphones

30 mars 2010

Selon Scott Totzke, vice-président sécurité chez RIM/Blackberry, la détection de logiciels malveillants est inadaptée aux terminaux mobiles, car trop nuisible à leur autonomie. Il préconise l’endiguement par règles de sécurité. Retrouvez l’ensemble de son interview sur 01net.pro


La sécurité des données victime de l’indiscipline des managers

29 mars 2010

« Le vol d’ordinateurs portables est un incident fréquent. Or un tel vol implique celui des données contenues sur les disques durs. Lorsque le propriétaire était le PDG ou même un commercial, la sensibilité des données peut être très élevée. »
Retrouvez la suite de l’article de Bruno Lemaire (CIO-online) et les différences entre les nationalités ICI


Semaine noire à la SNCF

26 mars 2010

Comme le signale le Journal LE POINT, après avoir publié par erreur un communiqué de presse sur un attentat dans un train, des données confidentielles des millions d’abonnés de la SNCF ont été laissées sans protection sur le Web. Un exercice ??Surement pas deux fois de suite hélas !

Lire la suite !


Violation de brevets : Microsoft va verser 105 millions de dollars à VirnetX

25 mars 2010

Merci à  La rédaction, ZDNET France pour cet article.

« Microsoft vient d’essuyer un nouvel échec devant la justice puisqu’un tribunal du Texas a reconnu l’éditeur coupable de violation de brevets à l’encontre de VirnetX.

VirnetX, qui commercialise des technologies de communications IP sécurisées, avait porté l’affaire devant la justice en février 2007. L’entreprise californienne accusait Microsoft de violer deux de ses brevets relatifs à une technologie de VPN.

Le jury texan a tranché en faveur du plaignant et condamné Microsoft à verser à VirnetX la somme de 105,75 millions de dollars. Kevin Kutz, le directeur des relations publiques de Microsoft a exprimé sa déception à l’énoncé du verdict.

Selon Kevin Kutz, Microsoft se montre respectueux de la propriété intellectuelle des autres entreprises et n’a dans cette affaire enfreint aucun brevet. L’éditeur de Redmond conteste d’ailleurs la validité même des brevets détenus par VirnetX. Microsoft compte faire appel de sa condamnation.

L’éditeur américain est sur une mauvaise série puisque la semaine dernière, un tribunal du Texas a confirmé sa condamnation dans une affaire de violation de brevet. Microsoft doit ainsi verser 290 millions de dollars à la société canadienne i4i.  »



Eviter le phishing sur Facebook !

23 mars 2010

« Victime de son succès établi, Facebook est une nouvelle fois en proie à des problèmes de phishing. L’utilisation d’un « password stealer » est en cause.

A l’instar de Twitter, des utilisateurs de Facebook ont été victimes de phishing, autrement dit des personnes mal intentionnées ont tenté de leur soutirer leur mot de passe.Le principe est toujours le même : un bon vieux scam. Le fraudeur se fait passer pour un administrateur de Facebook vous informant de la réinitialisation de votre mot de passe. Afin d’obtenir votre nouveau mot de passe, on vous demande d’ouvrir un fichier .zip censé contenir votre nouveau mot de passe alors qu’il contient en fait un logiciel favorisant le vol de votre mot de passe véritable. » …. La suite de l’article d’Aurélien Debord sur Tweet du Net.

Lisez également l’interview de Dominique BOURRA sur IElovePME dans l »article « les risques et bonnes habitudes pour se protéger sur les réseaux sociaux« 


Les entreprises, victimes d’une criminalité protéiforme

22 mars 2010

Un article du journal Le Monde du 22 mars 2010 sur la criminalité dont son victime les entreprises. Enrichissant!

Espionnage, extorsion, enlèvements, attaques à main armée… En 2008-2009, les entreprises ont dû affronter pas moins de trente-cinq formes différentes d’actes criminels, selon une enquête exhaustive menée pour la première fois par l’Ecole des hautes études commerciales (Edhec) et le Club des directeurs de la sécurité des entreprises (CDSE).

Ce Panorama 2008-2009 des crimes commis contre les entreprises repose sur les réponses de 82 entreprises (des PME de 500 salariés aux multinationales de plus de 100 000 salariés) à un questionnaire. Il fait apparaître que le spectre des malveillances s’est considérablement élargi à la faveur de la mondialisation. Certes, le salarié demeure le premier prédateur par les vols de produits ou d’équipement (84 % de réponses positives), les fraudes financières (67 %) et même les piratages informatiques (39 %) qui ont souvent une origine interne.

Mais la contrefaçon (34 %), l’extorsion et le racket (30 %) semblent inscrits désormais au registre des dommages courants. « Au moins un tiers des entreprises répondantes ont subi l’un des outrages suivants : attaques armées contre des sites industriels (34 %), espionnage (34 %), usurpation de l’identité de l’entreprise (33 %) et piraterie routière (33 %). »…… Lire la suite ici.