Olivier a dit !

Dans une interview donnée à la Tribune le 26 Avril dernier, le délégué à l’IE, Olivier BUQUEN, revient sur son rôle, ses priorités et sa vision de l’IE en France.

Voilà ses positions sur la sécurité :

Quel est votre diagnostic sur leur degré de protection ?
La prise de conscience est très disparate selon les secteurs économiques. Cela dépend aussi beaucoup de la personnalité du chef d’entreprise et de son histoire personnelle. D’une manière générale, les entreprises sont davantage sensibilisées à la recherche d’information, qu’à la protection des informations.

Les entreprises françaises se protègent-elles mal ?

Certains secrets comme les brevets sont bien protégés, mais d’autres, comme le plan stratégique de l’entreprise, le sont très mal. Nous devons aider les chefs d’entreprises à identifier les informations clés, et à les gérer. Cela va du tampon « confidentiel » à des listes de personnes habilitées à recevoir telle ou telle info. Il nous faut pour cela mieux définir juridiquement le secret d’entreprise, afin de pouvoir sanctionner son vol. Et lancer une réflexion sur les informations que les différentes réglementations obligent à rendre publiques. La moindre PME voit toute sa situation financière offerte en quelques clics aux quatre coins du monde. Nous devons nous inspirer de ce qui se fait à l’étranger, notamment pour les PME. L’objectif est de limiter la vulnérabilité de nos entreprises.

Retrouvez l’ensemble de l’entretien sur le site du journal

Publicités

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :