ALTEN : Amitiés et délations sur Facebook!

2 juin 2010

Tous les médias ont parlé de cette affaire dont les faits remontent à 2008, voici l’article publié sur le site de France 2 qui résume les faits en quelques lignes :

« Connectés depuis leur domicile sur le réseau social Facebook, un samedi soir, les trois  salariés de l’entreprise d’ingénierie Alten avaient échangé dans une conversation privée des propos critiques envers leur hiérarchie et un responsable des ressources humaines.

Lors de ces échanges, l’un des salariés, s’estimant mal considéré par sa direction, avait ironisé sur sa situation en indiquant, sur sa page personnelle, faire partie d’un « club des néfastes ». Les deux autres salariés impliqués dans le litige s’en étaient amusés en  écrivant: « Bienvenue au club ».

Etait alors intervenu une autre personne, un « ami » des employés sur Facebook ayant accès à leur conversation, qui avait fait une copie des propos tenus et les avait transmis à la direction de l’entreprise.

Ils avaient été licenciés quelques semaines après, pour « incitation à la rébellion » et « dénigrement de l’entreprise ».

Deux d’entre eux avaient alors décidé de porter l’affaire devant les  prud’hommes, la troisième ayant accepté une transaction à l’amiable avec l’entreprise.

Le conseil des Prud’hommes de Boulogne-Billancourt, dans les Hauts-de-Seine, qui devait se prononcer en délibéré jeudi sur la situation de deux d’entre eux, n’a pas réussi à départager les salariés et leur employeur, la moitié des conseillers prenant fait et cause pour l’entreprise, et l’autre pour les employés.

« C’est la porte ouverte à la délation. Si à l’avenir, on peut être licencié pour des propos tenus sur Facebook, c’est la vie privée qui est menacée », a dénoncé leur avocat Me Grégory Saint-Michel.

L’affaire a été renvoyée sine die et une prochaine audience aura lieu avec un cinquième conseiller, issu du corps de la magistrature. »

Autres sources : http://www.lemagit.fr/article/google-france-facebook-legislation-blog-navigateurs-alten-loi-blogs-streetview/6411/1/special-securite-desanonymisation-blogs-beaucoup-bruit-pour-rien/

Publicités

L’info perso de Parad’IE!

1 juin 2010

Caroline Thibault et  Marie Armand (L’œil au carré) organisent samedi prochain un nouveau rendez-vous des professionnels de l’information dans l’Ouest.

35 personnes s’étaient déplacées à Nantes, elles espèrent réunir plus de personnes issues des différentes métiers liés à l’information afin d’échanger sur les pratiques de l’IE et de la veille.

Ce rendez-vous, qui se fait dans un cadre informel, se déroulera samedi 5 Juin au Café des Champs Libres à Rennes (près de la gare), de 10h à 13h.

L’inscription est obligatoire soit sur le blog de l’œil au carré, soit sur la page de l’évènement de Viadeo.

Une participation de 6 euros est demandée pour couvrir les frais (location de la salle et petit déjeuner).

Parad’IE y sera et espère vous voir nombreux. Dépêchez-vous il ne reste que peu de temps!


Virtualisation, Cloud computing et sécurité

31 mai 2010

Il y a quelques mois, Parad’IE avait mis en avant la sécurité et la virtualisation. Aujourd’hui, on parle autant de virtualisation que de Cloud computing, technologies très liées et dont les conséquences en termes de sécurité peuvent être dramatique. A ce titre voici le très bon article de techniques de l’ingénieur qui évoque 5 points pour sécuriser un réseau virtuel.

« Selon l’entreprise américaine de conseil et de recherche dans le domaine des techniques avancées Gartner, d’ici à 2012, 60 % des serveurs virtualisés seront moins sécurisés que les serveurs physiques qu’ils sont censés remplacer. Actuellement, la plupart des entreprises déploient sur leur réseau des technologies de virtualisation sans impliquer les équipes réseau et de sécurité des systèmes dans les phases de planification. Ainsi, la majorité des entreprises se contente donc de moderniser les réseaux virtuels, en y appliquant les politiques de sécurité réseaux physiques existantes. Ce manque de préparation et de perspective affaiblit considérablement la sécurité du réseau, cette dernière étant l’élément essentiel de la mise en place réussie du cloud computing au sein des très grandes entreprises.

Pour appuyer cette communication de Gartner, l’éditeur finlandais Stonesoft, fournisseur de solutions intégrées de sécurité réseau et de continuité de service, a identifié cinq façons pour les équipes informatiques de se prémunir des menaces et attaques survenant dans le cloud, tout en assurant la bonne mise en œuvre de leurs politiques.

·          Regrouper les identités (Federated ID)

·          Assurer une connectivité permanente

·          Mettre en place une inspection multi-couches

·          Exiger une administration centralisée

·          Protéger les postes de travail virtuels

Retrouvez tous les détails directement à la source.


e-Reputation : une vengeance sur Internet

28 mai 2010

Imaginer en tant que chef d’entreprise, vous découvrez un beau jour vos coordonnées sur des sites de rencontres pornographiques. Cette mésaventure est arrivée à une chef d’entreprise de la région de Saintes.

Après enquête, la police arrête le propriétaire de l’adresse IP, qui se trouve être un client de la société. Mais comme dans un roman, afin qu’il y ai du suspense, il s’avère que cette première arrestation repose sur une simple coïncidence. En effet le coupable présumé explique que son ordinateur a été volé quelques temps auparavant. Après une nouvelle enquête, il apparait que c’est le voisin du client, qui pour venger sa femme en conflit aux prud’hommes avec la chef d’entreprise, a mis en ligne des informations portant atteinte à l’intégrité physique et morale de cette dernière.

Cas rare ou exploitation courante d’Internet?


Social Sentry : quand Big Brother devient encore plus réel

27 mai 2010

Après les différents billets sur les réseaux sociaux dont Parad’IE s’est fait l’écho et face à la réalité de l’utilisation de ces nouveaux outils de communications, comment ne pas céder aux sirènes de la tentation Social Sentry. En effet, la société propose un logiciel permettant aux entreprises de traquer la présence de leurs personnels dans les réseaux sociaux. A l’heure actuelle, il est uniquement distribué aux Etats-Unis, une commercialisation est-elle possible en France ?

Retrouvez l’avis de Maître Thierry DOR sur 01net.pro.


Accenture dresse un portrait de la sécurité en Entreprise

26 mai 2010

« Selon une étude mondiale publiée par Accenture, près de 3/4 des entreprises estiment avoir pris des mesures adéquates pour assurer la protection des informations personnelles et confidentielles : pourtant, plus de la moitié font état de pertes de données sensibles au cours de ces deux dernières années – et près de 60 % reconnaissent qu’il s’agit là d’un problème récurrent.

La protection des données ne représente plus seulement un enjeu technologique, mais également un défi stratégique majeur, explique Emmanuel Gazay, Responsable de l’offre sécurité et gestion des risques IT d’Accenture France ».

Quelques chiffres :

  • 58 % des répondants ont connu au moins un incident relatif à la sécurité des données personnelles confiées à leur entreprise ;
  • Pourtant, 73 % affirment que des mesures de protection adaptées sont en place.
  • 47% ne jugent pas important ou très important de limiter la collecte ou le partage (46 %) des données client personnelles et sensibles ;
  • 47%  ne jugent pas importants de protéger le droit à la vie privée des consommateurs ;
  • 47 % ne considèrent pas essentiel d’empêcher les transferts de données personnelles vers les pays dépourvus de lois efficaces de protection de la vie privée;
  • 47 % n’ont pas pour priorité de prévenir les pertes ou vols de données

Les facteurs les plus fréquemment cités sont les pannes opérationnelles ou informatiques (57 %), suivies de la négligence ou de l’erreur humaine (48 %). Selon les dirigeants interrogés, seuls 18 % des incidents de sécurité constatés sont dus à la cybercriminalité.

Retrouver plus de chiffres et plus d’éléments sur magsecurs


Le cout d’une fuite de donnée estimé à 89 euros !

25 mai 2010

Une étude menée par l’éditeur PGP et l’institut Ponemon fait le bilan des fuites informatiques en 2009 en France. En évaluant les données recensées en entreprise, le cout de chaque dossier compromis s’élève en moyenne à 89 euros.

Parad’IE est sceptique sur le coût réel annoncé et vous invite à retrouver plus d’explications sur Pro Clubic.